Le sacrifice du chat

(conte japonais)

En se promenant au bord de l'eau, un prêtre bouddhiste vit un petit chat qui essayait de se maintenir en équilibre sur un radeau de planches ; il pensa qu'il se noierait et le repêcha. Depuis ce jour, le chat resta chez lui et courut librement dans toute la maison.
Plusieurs années s'étaient écoulées, lorsque le serviteur du prêtre entendit en passant sous la véranda, le chat d'un voisin qui discutait avec celui de son maître. Le premier disait : "Viens, accompagne-moi à Isé, il y fait tellement meilleur en cette époque !" Mais le chat du prêtre répondit : "Non, je ne peux surtout pas partir maintenant, mon maître est en danger." Le serviteur, surpris, se demanda s'il était bien éveillé ou s'il ne faisait pas un rêve bizarre, et il continua son chemin.

Pendant la nuit, on entendit un vacarme épouvantable juste au-dessus de la grande salle du temple et, le lendemain matin, on y découvrit les deux chats baignés de sang, le chat du prêtre était mort, l'autre mourut à son tour.

On commença à comprendre quand un peu plus loin, on découvrit l'ennemi, un énorme rat long de deux shaku, le poil raide et dur comme des aiguilles.

Il  gisait à moitié mort et si faible qu'un seul coup de bâton suffit à l'achever. Le monstre portait la robe d'un prêtre venu passer quelques jours au temple, et qui avait disparu cette nuit-là de manière très mystérieuse. Tous conclurent donc que le rat avait pris l'apparence de cet homme dans le but de dévorer son hôte et que le chat, ayant appris la chose, avait choisi de sacrifier sa vie pour sauver celle de son maître. Le prêtre, très ému, enterra les deux chats et, sur leur tombe, il plaça une belle pierre, après quoi, il célébra plusieurs offices à leur intention, afin de perpétuer la mémoire du sacrifice de son chat.

lignecoeur

grille

lignecoeur